This website uses cookies to provide you with the best possible service. By continuing to use this website, you accept the use of cookies. However, you can change your browser’s cookie settings at any time. You can find further information in our updated data privacy statement.

Perspective

Les taxis en difficulté

March 24, 2015| By David Hurt | P/C General Industry | Français | English

Region: U.S.

C’est encore de la faute des nouvelles technologies. Cette fois-ci, elles s’attaquent au secteur des taxis traditionnels – et le mettent sens dessus dessous. Non, il ne s’agit pas de la voiture sans conducteur de Google – ou du moins, pas encore. Les sociétés de taxi et de limousines sont sérieusement mises à mal par une version automatisée de leur propre business plan. Les sociétés de VTC (voitures de transport avec chauffeur), qui proposent à leurs clients une application mobile leur permettant de réserver une course, alternative au taxi, augmentent rapidement leur part de marché.

Nous avons pour la plupart déjà entendu parler d’Über, Lyft, Sidecar, Summon, Wingz et autres sociétés de VTC. J’étais intrigué par la simplicité de leur modèle économique, similaire pour toutes les sociétés de VTC, mais c’est un accident mortel, survenu en 2014 à San Francisco et qui avait alors fait les gros titres, qui m’a poussé à regarder de plus près les implications en matière d’assurance.

Le décès avait été causé par un chauffeur qui avait percuté un piéton. Le sinistre suit un scénario relativement simple, malheureusement tragique et fréquent, qui se déroule comme suit :

  1. Un chauffeur percute et blesse un piéton.
  2. Le piéton ou ses héritiers portent plainte à l’encontre de l’assurance automobile du chauffeur.
  3. La société d’assurance automobile détermine si sa police couvre ce type de risque.
  4. La société d’assurance examine ensuite si le chauffeur est responsable du sinistre ou pas.
  5. Les successeurs obtiennent une somme d’argent à la suite d’une liquidation ou d’une décision judiciaire.

Si vous n’avez pas entendu parler de cette affaire en particulier, le chauffeur avait affirmé qu’il était connecté à l’application Uber et attendait une course. Au moment de l’accident, il ne transportait pas de client et n’avait pas non plus été contacté par un client. La famille de la victime a poursuivi Uber en justice.

 

Stay Up to Date. Subscribe Today.

Contributors

Get to know our global experts

View Contributors