This website uses cookies to provide you with the best possible service. By continuing to use this website, you accept the use of cookies. However, you can change your browser’s cookie settings at any time. You can find further information in our updated data privacy statement.

Perspective

La constitution d’un portefeuille dépendance nécessite vigilance et prudence

October 08, 2018| By Sabrina Link and Annika Tiedemann | L/H General Industry | Français | Deutsch | English

L’assurance dépendance est un produit complexe qui pose des problèmes aux assureurs tant du côté du produit que de la sélection des risques. Il n’est pas simple de trouver un exemple représentatif sur un marché en particulier car chaque pays a son propre cadre social et l’assurance dépendance a connu des évolutions différentes à travers le monde.

Ce qui semble toutefois évident c’est que les changements sociétaux et démographiques observés sur tous les marchés imposent de se protéger contre les frais de santé qui dépassent les moyens financiers d’un individu.

Bien que la dépendance représente une formidable opportunité pour les sociétés d’assurance d’élargir leurs gammes de produits et d’exploiter de nouvelles opportunités d’affaires, rester les bras croisés n’est pas la solution. Sur la plupart des marchés, le succès commercial des produits d’assurance dépendance n’a pas répondu aux attentes.

L’un des principaux défis qui entourent la souscription réside dans le grand nombre de causes possibles de besoins de soins et leurs diversités. Contrairement à l’assurance vie, où le décès est la seule cause de sinistre, un sinistre dépendance peut être dû à plusieurs causes uniques ou à une combinaison de causes multiples et différentes.

La durée des soins et le calcul de la surprime à appliquer posent également problème. La durée peut varier considérablement selon les facteurs à l’origine du sinistre. Les maladies peu graves qui n’ont pas un impact significatif sur l’espérance de vie peuvent davantage poser problème à un assureur que les maladies graves caractérisées par une survie plus courte.

LTC Portfolio

L’assurance dépendance pose un autre problème : l’augmentation des tranches d’âge. Par le passé, l’assurance dépendance était vendue aux proposants âgés entre 50 et 75 ans. Aujourd’hui, sur certains marchés, les sociétés tentent de diversifier les groupes de clients potentiels et de vendre leurs produits à des personnes plus jeunes.

Les motivations qui poussent à souscrire une assurance dépendance peuvent varier selon la tranche d’âge; chose que les assureurs doivent avoir à l’esprit au moment d’analyser les cas individuels afin d’identifier les souscriptions d’assurance qui relèvent de l’antisélection.

Toutes ces tendances combinées ne font qu’accroître la difficulté pour compiler des questionnaires pour la dépendance. Les questions doivent porter sur l’existence de maladies préexistantes, de déficits fonctionnels et cognitifs et sur toutes les affections médicales susceptibles de donner lieu à une prise en charge à long terme.

Les questions sur les professions et les hobbies à risque sont également importantes, surtout pour les personnes plus jeunes. Elles peuvent être aussi importantes pour les proposants plus âgés car aujourd’hui les séniors pratiquent des activités sportives et travaillent plus longtemps.

Pour en savoir plus sur le principe de l’assurance dépendance sur différents marchés et pour une analyse des principaux défis posés par la souscription, veuillez consulter notre dernier article sur le sujet.

 

Stay Up to Date. Subscribe Today.

Contributors

Get to know our global experts

View Contributors