This website uses cookies to provide you with the best possible service. By continuing to use this website, you accept the use of cookies. However, you can change your browser’s cookie settings at any time. You can find further information in our updated data privacy statement.

Perspective

La sous-assurance réduit-elle les primes dommages ?

September 03, 2015| By Geoff Piggot | P/C General Industry | Français | English

Region: United Kingdom

Tous les assureurs dommages vous diront que le marché est particulièrement « soft » et que les taux sont très bas. Mais ils parleront rarement du manque à gagner lié à la sous-évaluation des capitaux dommages. Au Royaume-Uni, environ 80 % des risques d’entreprises sont sous-assurés.1 Chez Gen Re, nous avons remarqué que la sous-assurance est un problème global qui ne se limite pas aux bâtiments. Les sinistres révèlent qu'outre les biens immobiliers, l'équipement, le stock et les pertes d'exploitation/frais supplémentaires ne sont pas assurés à leur valeur réelle.

Les raisons de la sous-assurance sont variées :

  • La valeur des parkings, murs et autres éléments compris dans la définition des bâtiments n'est pas incluse dans le montant assuré
  • Au moment de définir les capitaux bâtiments, les frais des professionnels, les frais de déblais, les exigences des pouvoirs publics et les taxes prélevées par ces derniers ne sont pas pris en compte
  • Les assurés utilisent un chiffre extrait de leur comptabilité pour évaluer leur équipement (ce chiffre fait l'objet d'une dépréciation et ne couvrira pas le coût de remplacement.)
  • La valeur des stocks est estimée sur la base du prix de revient, alors que la police se base sur le prix de vente
  • Confusion à propos du terme « marge brute » (la marge brute selon les normes comptables est différente de celle définie par les polices d'assurance, ce qui conduit à la sous-assurer. Les assureurs devraient envisager de remplacer le terme de marge brute par celui de « marge brute assurable ». Les assurés se rendraient alors compte que la marge brute assurable est sensiblement différente de la marge brute comptable.)
  • Les produits et composants importés ne sont pas assurés alors qu'il s'agit de contrats qui ne peuvent être résiliés immédiatement (ces coûts sont plus « fixes » que « variables » et doivent être assurés.)
  • Les assurés et leurs courtiers définissent de plus faibles montants assurés afin de diminuer les primes d’assurance

 

Bien qu'il s'agisse là des raisons les plus fréquentes de la sous-assurance et qu'elles en soulignent les symptômes, elles n'en sont pas la cause. La définition des capitaux assurés est un problème complexe, les assurés et leurs conseils n'étant pas dotés de l'expertise nécessaire pour surmonter de nombreuses difficultés. Les assureurs doivent changer leur manière de définir les montants assurés et s'impliquer plus activement. Pendant trop longtemps, la définition des capitaux assurés a été laissée à la libre appréciation des assurés et de leurs conseils. Il s'agit là d'une opportunité pour les assureurs.

Nous estimons que la sous-assurance en résultant pourrait représenter 25 à 33 % de primes supplémentaires pour les assureurs et les réassureurs. Nous conseillons aux assureurs d'apporter leur expertise dans la définition des montants assurés, soit en interne, soit par le biais d'un panel d'experts désignés. S'ils percevaient les 25 à 33 % de primes supplémentaires qui leur échappent actuellement, les assureurs auraient-ils toujours le sentiment que les taux sont trop bas ?

Aider les assurés à définir les valeurs constitue également un moyen de se différencier des concurrents. Pensez à la satisfaction des assurés après un sinistre. Non seulement l'assureur a plus de chances de souscrire des affaires profitables, mais cette méthode lui permettra de proposer une offre de produits différenciée et plus stable dans le temps. Ceci est loin d’être une perspective déprimante.

Notes
  1. Building Cost Information Service Report 2012

 

Stay Up to Date. Subscribe Today.

Contributors

Get to know our global experts

View Contributors